Babacar Lô: « L’Afrique a l’opportunité de prendre part à la révolution du Blockchain »

692

Babacar Lô de son vrai nom est l’invité de la rédaction de Publi Tech Echo. Expert en Software engineering, ce jeune sénégalais est Consultant en blockchain et un crypto-economiste très optimiste. A travers cet interview nous passerons en revue les questions de crypto-monnaie et de la technologie blockchain. 

Publi Tech Echo: La notion de crypto-monnaies pour les profanes: comment l’expliquez-vous ?

B.LO: La notion des crypto-monnaies peut être expliquée en se basant sur la définition de la première crypto-monnaie bitcoin (premier dans le sens où toutes les autres crypto-monnaies sont des versions dérivées, allégées ou encore inspirées du bitcoin): le bitcoin un ensemble de concepts et de technologies formant les bases d’un écosystème de monnaies numériques (un système de cash électronique)

Publi Tech Echo: Une nouvelle tendance mondiale axée sur la Fintech: les grandes entreprises du numérique font de grands investissements en monnaie virtuel. Est-ce un risque pour l’économie d’un pays ou un avantage ? 

B.LO: Considérons juste quelques faits de notre réalité économique, dans le système monétaire classique 4,5 Milliards de personnes dans le monde ont un accès limité aux avantages qu’offre la banque, 2,5 Milliards de personnes n’ont pas accès aux banques, dans nos pays en Afrique plus de 70% de la population sont exclus du système bancaire en plus de cela les système de transfert d’argent sont très chers, lents, non sécurisés. Ce sont des systèmes où les plus pauvres paient le plus pour transférer de l’argent. Au Sénégal parler de politique d’inclusion est comme devenu la mode des dirigeants, toutes les autorités en parlent et pourtant les taux n’ont pas changé. Ce système classique bancaire a connu plusieurs crises dont la dernière date de 2008, une vrais crise de la confiance. Bitcoin est né en 2008 en réponse à cette crise de la confiance. Bitcoin à décentralisé la confiance à un tel niveau jamais atteint, on l’assimile à une machine à confiance (the trust machine) cela a engendré un nouveau consensus, une interprétation neutre du rôle de la confiance. Le Bitcoin est ouvert, global et transnationale, neutre, ouvert à la participation, libre d’accès, ouvert à l’innovation sans besoin d’autorisation, immuable, résistant à la censure et sans risque de contrepartie ou d’intermédiaire. c’est le meilleur ticket à l’inclusion financière qui nous est offert. Le Bitcoin rend les coups de transfert d’argent très bas. Est-ce un risque ou un avantage pour l’économie d’un pays ? Je pense que la réponse dépend du contenu que vous mettez dans risque ou avantage. Tout ce que l’on peut dire est que nous avons pour la première fois un système ouvert à tous et libre, ouvert à l’innovation qui nous donne l’opportunité de créer des services financiers puissants  disponibles pour tout le monde sans exception, un outil d’inclusion économique sans précédent. A mon niveau je considère les monnaies numériques comme une évolution d’un système monétaire à un autre, une évolution du format de la monnaie comme nous l’avons déjà connue avec les premières formes de monnaies et l’avènement de la monnaie fiduciaire.

Publi Tech Echo: Suivant l’actualité on voit que plusieurs géants de la Tech (Twitter, Linkedin, Baidu, Snapchat) ont banni les publicités sur les crypto-monnaies prétextant des normes de sécurité et de fraude. Est-ce un système fiable ?

B.LO: Parlant de sécurité, la technologie n’a jamais atteint un tel niveau de sécurité, c’est un point sur lequel tout le monde est en accord. Comme dans toute innovation, comme le répète souvent Idriss Aberkane, « c’est dans un premier temps ridicule en suite dangereux et en fin évident ». Je pense que c’est le cas du bitcoin. Au début on disait que c’est une monnaie de Geek ensuite tout le monde l’associe au trafic de drogue et au blanchiment d’argent… Je pense que le monde est en train de constater le potentiel du bitcoin et de sa technologie et en général des crypto-monnaies.

Publi Tech Echo: Blockchain et démocratie : en quoi cette technologie devrait être adoptée par les pays africains en ce qui concerne l-E-démocratie ?

B.LO: Le système de vote dans nos pays sont jusqu’ici basés sur un principe de registre centralisé, ce système est corruptible et souvent peut exclure arbitrairement une partie de la population ou certains citoyens. Le parcours d’un vote avant la publication des résultats finaux, donc sa validation définitive, occupe différentes stations qui le rend susceptible d’êtres corrompu. Cela augmente le manque de confiance  au système électorale que nous vivons dans nos pays. Les perspectives démocratiques qu’offre la blockchain sont nombreuses: nous savons tous que le vote repose sur la confiance à un système électorale, un fichier électoral mais aussi l’intégrité des hommes et les femmes qui en ont la charge pour un bon déroulement. Le principe de registre décentralisé et totalement sécurisé de la technologie blockchain assure un niveau de sécurité et de l’immuabilité dans le système électorale. Il existe plusieurs approches possibles basées sur la blockchain telles que la forme de démocratie directe ou de démocratie liquide. Certaines ONG plaident pour ces deux formes de démocratie soient basées sur la technologie blockchain. Les deux piliers de la technologie blockchain que sont la transparence et confiance distribuée sont un atout majeur pour la démocratie.

Publi Tech Echo: Quelle est l’avenir selon vous de cette technologie au Sénégal ? Il y a-t-il des chances de prospérer ?

B.LO: En ce qui me concerne je me bat pour qu’elle ait un présent, pour que cette technologie soit connue et que les jeunes s’y intéressent. Au fur et à mesure elle va impacter sur l’avenir du pays

Publi Tech Echo: Quel appel lanceriez-vous aux jeunes sénégalais par rapport à l’utilisation des crypto monnaies ?

B.LO: J’appelle tout le monde à s’intéresser aux crypto-monnaies mais surtout à la technologie blockchain. Pour la première fois l’Afrique a l’opportunité de prendre part à une révolution au lieu de la subir tardivement mais cela dépend de nous, de notre engagement et à notre préparation à prendre part comme acteurs de cette révolution.



Média d'information sur l'actualité technologique et Digitale au Sénégal et en Afrique.


One thought on “Babacar Lô: « L’Afrique a l’opportunité de prendre part à la révolution du Blockchain »

  1. Pascal SANTONI

    Très bonne analyse de la part de M. Babacar LO. Evidemment c’est la CHANCE de l’Afrique, il faut la saisir.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close