Données à caractère personnel et parrainage : Les citoyens numériques du Sénégal posent le débat ce 08 septembre

143

En vue de la prochaine élection présidentielle de 2019, le Sénégal a lancé un nouveau système de parrainage citoyen visant à assigner à chaque candidat un nombre de parrains pour valider sa candidature. Selon les juristes, « le parrainage pour une élection est comme un mode de sélection pour valider une candidature par la signature d’un nombre défini de citoyens ou d’élus ». Ainsi donc chaque candidat prétendant participer à la prochaine élection présidentielle est tenu d’obtenir 1% du corps électorale équivalent à un peu moins de 70.000 signatures dans au moins sept régions, soit un minimum de 2000 parrainages par région.

La question des données personnelles (adresse, photo, IBAN, numéro de téléphone, données biométriques, données de géolocalisation GPS et IP, enregistrement de caméra, numéro de sécurité sociale, etc.) de nos jours pose un vrai questionnement à l’échelle mondiale. Suite à des incidents internationaux sur des individus dont leurs données personnelles ont été exploitées à d’autres fins (ciblage, commerciale, politique, etc.) à l’instar de Cambridge Analytica, les instances de décision américaine, et l’union européenne ont vite fait de cerner la question est d’y apporter des réponses fermes et mettre en place la politique de RGPD. Désormais « tous les organismes qui traitent des données personnelles doivent mettre en place des mesures pour prévenir les violations de données et réagir de manière appropriée en cas d’incident ».

Or, le format de parrainage tel que défini par le gouvernement du Sénégal expose les données personnelles des parrains face aux candidats politiques. Pour valider son parrainage, il faudra nécessairement renseigner ses données à caractères personnels (nom et prénom, numéro d’identification nationale, signature entre autres).  Ce qui n’a pas manqué de susciter l’indignation de beaucoup d’acteurs numériques, de blogueurs, d’organisations professionnelles, et de citoyens quant à l’utilisation future de ces données et leur sécurité.

Cet appel des citoyens numériques du Sénégal vise à tirer au clair certaines questions liées à la sécurité de ces données des citoyens sénégalais, alerter et sensibiliser sur les potentiels risques et menaces criminelles auxquelles elles sont exposées (web arnaque, cybercriminalité, terrorisme, etc.). Un débat Facebook Live est lancé ce samedi 08 août 2018 à 11h au grand bonheur des citoyens sénégalais qui pourront mieux être éclairés de la part de l’Agence de l’Informatique de l’Etat, de la commission sur la protection des Données personnelles, de journalistes et des professionnels du numérique.

Nadège, stagiaire Publi Tech 



Média d'information sur l'actualité technologique et Digitale au Sénégal et en Afrique.


Close